Historique du réseau Mozaïk



La desserte de Fort-de-France : une bataille de longue haleine

La Société d’Exploitation des Transports Urbains de Fort-de-France (SETUFF) a desservi la ville de Fort-de-France à partir du 1er janvier 1996.
Elle a succédé au Groupement des Entrepreneurs de Transports (GET), qui assurait cette desserte depuis 1972.
La SETUFF était une Société Anonyme (SA) qui disposait d’un capital de trois millions de francs français.
Le parc roulant de la SETUFF était composé de 80 autobus.
Une seconde jeunesse a été offerte à ces véhicules, car la première circulation de ces autobus a eu lieu dans les années 80, sur le réseau urbain parisien de la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP).

La SETUFF n’a pas eu l’occasion d’exploiter convenablement son réseau de transports urbains, car des conflits entre le GET et la SETUFF ont eu lieu entre 1996 et 2000.
Ainsi, malgré la signature d’une convention liant la ville de Fort-de-France et la SETUFF sur la desserte du Périmètre de Transport Urbain (PTU), le GET a continué d’assurer la desserte de la ville de Fort-de-France illégalement.

Le GET a estimé qu’il avait le droit de poursuivre l’ancien contrat de concession qui le liait à la ville depuis 1985, et qui s’est achevé le 31 décembre 1995.
Pendant 4 ans, des opérations escargots et des mouvements de grève ont eu lieu a répétition, que cela soit du coté du GET ou de la SETUFF (annexes 1 et 2).

Le 2 mai 2000, la SETUFF a été placée en redressement judiciaire.
La ville de Fort-de-France a alors lancé un appel public à la concurrence auquel la Compagnie Foyalaise des Transports Urbains et la Corporation Française de Transport ont répondu.

La CFTU a été créé en mars 2000 par la Ville de Fort-de-France et Transdev, autorité organisatrice des transports urbains dans de nombreuses villes.


 

2000 : La CFTU exploite le réseau Mozaïk

Le 7 juin 2000, la ville de Fort-de-France a signée un contrat les liant avec Transdev concernant la desserte du PTU, par la Compagnie Foyalaise des Transports Urbains (CFTU).
La CFTU exploite le réseau Mozaïk, avec ses partenaires d’affrétés depuis 2006.
Entre les années 2000 et 2006, le réseau Mozaïk desservait uniquement la ville de Fort-de-France.
Lors de l’appel d’offre de la délégation de service public en 2005, le marché porte sur une desserte de toutes les communes de la Communauté d’Agglomération du CEntre Martinique (CACEM).
Grâce à ce marché, la desserte des villes de Schœlcher, Saint-Joseph et Le Lamentin est effective au 1er janvier 2006.
Actuellement, le réseau compte 57 lignes : 19 lignes sont exploitées par la CFTU, et 38 lignes sont exploitées par les affrétés.
La société a été créée le 7 Juin 2000, avec un capital social de 375 000 € , qui aujourd’hui est porté à 1 325 000 €.
L’effectif est de 309 salariés pour la CFTU, et 200 pour les affrétés.
Le siège social se situe Place des Almadies à Fort-de-France, près de la Pointe Simon.
Le statut de l’entreprise est une Société Anonyme d’Economie Mixte (SAEM).

Les actionnaires de la CFTU sont la CACEM (53%), la Ville de Fort-de-France (27%) ainsi que Véolia-Transdev Outre-Mer (20%).
Le conseil d’administration de l’entreprise est composé de 10 membres bénévoles :

  • La CACEM : Alex CYPRIA (Président), Emile GONIER, Henri THEODORE, Simon MORIN, Patricia DERSION.
  • La Ville de Fort-de-France : Johnny HAJJAR, Jean-Claude JABOL, Alain ALFRED.
  • Le groupe Véolia-Transdev : Bernard STUMPF et Antoine SILVY-LELIGOIS



Délégation de Service Public 2006

Lors du Conseil Communautaire du 12 mai 2005, les élus ont choisi le délégataire de Transport Public sur l'agglomération.
Deux sociétés se sont présentées, la Compagnie Foyalaise de Transport Urbain (CFTU) et la Compagnie Martiniquaise de Transport (CMT).
La CFTU a été retenue une nouvelle fois pour assurer le transport public dans le Périmètre de Transport Urbain (PTU).
La durée du contrat était de 10 ans à compter du 1er janvier 2006.
Le réseau d'agglomération exploité par la CFTU a été mis en service le 2 janvier 2006.
Ce nouveau réseau dessert la ville de Fort-de-France, mais aussi les communes de Schœlcher, Le Lamentin et Saint-Joseph.

Un nom commercial a été attribué à ce réseau : Mozaïk.

Le concurrent évincé lors de cet appel d'offre (société CMT) a attaqué la délibération.
Par conséquent, celle-ci a été annulée au principe que la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (CACEM) n'avait pas consulté certaines commissions.
La convention de Délégation de Service Public (DSP) a donc été annulée en 2006, en pleine restructuration du réseau.
La CFTU a continué à exploiter au titre de la continuité du service, à travers une convention provisoire conclue en Avril 2007.

Après avoir répondu à un appel d’offre de la CACEM, la CFTU a obtenu une nouvelle DSP pour l’exploitation de son réseau de transports urbains pour une durée de 12 ans à partir du 1er Janvier 2012.
Elle comprend, outre la gestion du réseau et les investissements matériels, le financement et la construction d'un centre technique dans le secteur de la Trompeuse.


La proposition du Groupement Momentané d’Entreprises (GME) "Ensemble pour Mozaïk"a été retenue.
Ce GME est constitué de la CFTU (mandataire), de Véolia-Transdev Outre-Mer, et de 4 transporteurs Martiniquais, appelés cotraitants (SAS Sotravom, Saithsoothane SARL, SMTV et SAT).

  • Lignes gérées par la CFTU : 1, 2, 3, 11, 13, 19, 24, 25, 26, 27, 31, 32, 33, 211, 320, 420, 421, 422.
  • Lignes gérées par un cotraitant : 9, 14, 102, 104, 111, 301, 302, 303, 304, 307, 321, 340, 341, 342, 402, 403, 426, N102.
  • Lignes gérées par un prestataire affrété : 4, 5, 8, 10, 12, 15, 16, 18, 20, 21, 22, 28, 30, 101, 401, 404, 406, 408, 416, 440, 441, 442, 444